5 astuces pour reconnaître un authentique vase Gallé

Vous avez en votre possession un vase Gallé, du moins, c’est que vous y lisez. Malheureusement, avec les centaines de milliers de contrefaçons, vous n’êtes pas sûr de la valeur de l’objet en question. Avant de  faire les démarches pour contacter un spécialiste en verrerie d’art, essayez de savoir ce qu’il en est avec nos 5 astuces pour différencier les pièces authentiques des copies.

Différencier la marque Gallé de la signature Gallé :

Un élément important. Il faut que vous différencier le terme « marque » de « signature ». La signature Gallé concerne toutes les productions des ateliers Gallé réalisées de son vivant, c’est-à-dire avant 1904. 

Le terme « marque » s’applique aux oeuvres posthumes, c’est-à-dire réalisées après 1904. En effet, la femme d’Émile Gallé va faire perdurer la production de la cristallerie jusqu’en 1936. 

Il est donc primordial d’analyser la date de création de votre vase, qui vous donnera un premier indice sur sa véritable valeur.

La qualité de la gravure

Un vase Gallé peut valoir très cher s’il s’agit d’une production verrière unique. Les prix peuvent grimper jusqu’à plus de 300 000 euros pendant les ventes aux enchères (360.000 pour le grand vase aux Iris en 2015). 

Les objets authentiques du maître verrier ont une gravure fine et en relief, le tout retrouvé sur un verre transparent assez épais, grâce à une technique de soufflage complexe. Un décor peint en multicouche pour leur donner un relief doit donc vous alerter immédiatement !

La technique de la gravure à l’acide est plutôt réalisée pour les pièces de série. Celle de la marqueterie sur verre, bien plus prestigieuse, était réservé aux vases de collection. Nécessitant parfois plus de dix jours de travail, il s’agissait d’incorporer des éléments de verre à chaud, préalablement décorés, dans la matière. 

La transparence en relief des décors peut vous donner une indication sur la présence d’une marqueterie sur verre. 

La signature

Il existe plusieurs variantes, TOUTES authentiques, de la signature d’Émile Gallé, puisque le fondateur de l’école de Nancy a puisé ses inspirations d’un peu partout. Une fois l’inspiration trouvée, ses graveurs et décorateurs se chargeaient de graver la signature à partir de dessins ou d’instructions précises. Sur https://www.mv-bracelet.com/vase-galle/, vous en saurez plus sur ce point, et bien d’autres choses encore.

On sait surtout que les signatures de l’artiste ne se retrouvaient jamais à l’intérieur du vase en verre. Pour les pièces produites pendant les premières années de ce grand amoureux d’ébénisterie, elles se trouvaient toujours sous le vase. Ce maître du style art nouveau (s’) interdisait aussi d’apposer sa “signature” dans un décor floral ou sur le haut de celui-ci.

La provenance des objets

Les copies des vases Gallé proviennent des pays de l’Europe de l’Est, particulièrement en Roumanie. Cependant, il est aussi important de souligner qu’il y a copie et copie. Celles avec la mention TIP sont légales, malheureusement, cette mention peut être retirée à la meule pour tromper les profanes…

Mais la Roumanie n’est pas le seul pays ou les contrefacteurs sont nombreux. En Italie, aux États-Unis, comme en extrême Orient, le nombre de faussaires augmente de même que leur dextérité à fabriquer une copie proche d’un original. L’un de vos premiers réflexes devra donc être de vérifier l’origine de la pièce

La texture de l’intérieur du vase

Un des points à vérifier également est la texture de l’intérieur du vase. Si elle est lisse, c’est que vous avez une chance que ce soit un vrai. Si l’intérieur est rugueux, vous êtes assuré que c’est un faux.

Attention, l’intérieur n’est pas une garantie d’authenticité. Tous les critères d’authentification doivent être cochés, car il existe de faux Gallé de très bonne qualité.

Le prix

Vous ne trouverez pas un authentique grand vase boule Gallé pour une centaine d’euros, mais plutôt pour une dizaine de millier. Même la production de série des lampes faites avec la gravure à l’acide peut atteindre 15 000 euros. Un prix mini doit vous mettre la puce à l’oreille. Cependant, les faussaires s’étant améliorés, certains tentent de vendre des contrefaçons à des prix astronomiques, d’où l’importance de reconnaitre le vrai du faux.

Rédigé par
Plus d'articles de
Cigarette électrique : comment choisir votre e-liquide ?
Lorsque vous décidez de vous mettre à vapoter, vous devez non seulement...
Lire la suite