landscape

Le confort thermique : que faut-il considérer pour être à la bonne température ?

Pratiquement la moitié de l’énergie consommée par ménage en France provient des systèmes de chauffage de la maison. Cependant, si de petits investissements étaient réalisés pour optimiser leur consommation, on pourrait économiser jusqu’à 100 € sur sa facture de chauffage pendant la période hivernale. Selon des experts, la bonne température pour atteindre un meilleur confort thermique oscillerait entre 16 à 19 degrés Celsius. En outre, il faut aussi savoir que pour atteindre cette efficacité, il n’est pas seulement question d’adopter le bon système de chauffage. Il est aussi indiqué que la déperdition thermique est à l’origine des pertes de chaleur dans une maison. La plupart des fuites de chaleur s’opèrent au niveau de la toiture et des ouvertures. Des mesures doivent être donc entreprises pour réduire les pertes et minimiser les dépenses sur la facture d’énergie.

Des pertes de chaleur dues à la déperdition thermique

La déperdition thermique est souvent à l’origine d’une température défaillante dans une maison. Ces pertes sont dues à une mauvaise isolation thermique et enveloppe du bâtiment. Ces cas peuvent engendrer des ponts thermiques, des infiltrations d’air et d’humidité, voire une perméabilité de la structure.

Les fuites de chaleur par le toit constituent 30 % de la déperdition de chaleur en raison de combles mal isolés, d’absence d’isolation du dernier plafond, ou de fuites d’air au niveau des tuiles.

Les murs mal isolés représentent un quart de la chaleur perdue dans une maison. Les murs creux ou finement isolés sont les causes de défaillance thermique au niveau de la structure d’une maison.

On a aussi les vitrages au niveau des portes et fenêtres qui génèrent 15 % de pertes de chaleur en raison d’une épaisseur de vitrages ou d’une conception de cadres défaillantes en termes d’isolation.

Les planchers bas ou mal isolés peuvent aussi représenter 15 % de pertes de chaleur, car ils sont enclins à générer un pont thermique et une sensation de froid au contact de l’air et de l’humidité à l’extérieur.

Réaliser un DPE pour détecter les sources de pertes de chaleur

La résolution de ces problèmes consiste à réaliser une rénovation énergétique axée sur la mise au point de ces éléments. Suite à un bilan énergétique, techniquement dit diagnostic de performance énergétique (dpe), il est possible de détecter tous les points faibles de la maison qui laissent fuir la chaleur. Depuis le choix des isolants pour isoler les murs, les combles et le sol, en passant par la gestion de débits d air ambiant et la ventilation contrôlée dans chaque pièce, c’est une opération qui concerne en général toute la totalité de la maison. On n’oubliera pas non plus la mise en place de cloisons isolées et opaques, le calfeutrage et l’installation de portes et fenêtres à double ou à triple vitrage. 

Le climatiseur réversible : ni chaud, ni froid !

Pour être à la bonne température chaque saison, il s’avère que le climatiseur inverter peut être la solution la plus adaptée. Ce système de chauffage est connu pour être polyvalent et capable d’apporter une meilleure performance thermique. En assurant la diffusion d’une température intérieure stable et un flux thermique uniforme dans chaque pièce, l’efficacité énergétique de la maison va augmenter pour être à même de fournir un bon flux de chaleur en hiver et plus de fraîcheur en été. Avec ce système réversible qu’est le clim inverter, vous pourrez mieux maîtriser votre facture énergétique et éviter les dépenses liées au chauffage et à l’air froid utile durant les saisons chaudes.