Les 6 mythes à propos de la sécurité à moto

Après une longue attente à cause de la saison hivernale, les motards sont de retour pour dépoussiérer leur machine et profiter au maximum du printemps et de l’été. Si les motocyclistes expérimentés en profitent pour assouvir leur envie de rouler librement sur les autoroutes, ceux qui viennent d’obtenir leur permis planifient déjà leur premier parcours en deux-roues. Cependant, dans l’esprit d’un initié, certains mythes sont déjà résolus. Pour les non-initiés, ils ont encore des choses à apprendre. Si vous en faites partie, les voici.

Les motards ne mettent que du cuir pour avoir l’air cool

C’est en partie vrai. Bien que le cuir soit depuis longtemps associé à la culture du motard, la préférence des motocyclistes pour cette matière a plus à voir avec ses propriétés uniques qu’avec la fraîcheur qu’elle apporte. Le cuir est extrêmement résistant à l’abrasion, vous protégeant ainsi des éraflures et des écorchures en cas de chute. En hiver, le cuir agit comme un excellent isolant et vous garde bien au chaud. En été, avec des aérations, il assure deux rôles : vous protéger et évacuer votre transpiration.

D’ailleurs, au moment de choisir des gants moto d’été à la fois confortable et protecteur, il est souvent conseillé d’opter pour un modèle en cuir plutôt qu’en tissu. La veste moto en cuir connaît toujours un succès auprès des motards depuis qu’Irving Shott a démocratisé le port du Perfecto coupe-vent en cuir dans les années 20. Depuis, le blouson moto en cuir a évolué et intègre des renforts sur des zones stratégiques. Les gilets et les bottes en cuir sont également monnaie courante chez les motards.

Les casques intégraux limitent la visibilité

Selon les normes européennes en matière de sécurité à moto, les casques intégraux ne limitent pas la visibilité. Selon la norme ECE 22-04 et 22-05, chaque casque intégral homologué pour la route a subi des tests au niveau du champ de vision, de la transmission lumineuse, de la diffusion de la lumière, de la transmission spectrale, de la réfringence, de la résistance mécanique à la pression et aux rayures.

Tous les casques intégraux doivent apporter à un motard au moins un champ de vision de 210 degrés, ce qui signifie que votre vision périphérique ne sera pas affectée. En plus de protéger complètement la tête, la visière d’un casque intégral protège le visage du vent, des insectes, de la pluie et d’autres débris pour optimiser le confort de conduite.

Les grosses motos sont parfaites pour les débutants

Si vous pensez que conduire une grosse moto est parfait pour votre niveau de débutant, c’est une mauvaise idée. La raison est que les gros engins à deux roues peuvent facilement peser plus de 300 kg, ce qui les rend beaucoup plus difficiles à conduire, surtout dans les virages serrés et les parkings.

De plus, le moteur propose un couple plus élevé, ce qui nécessite aussi une plus grande maîtrise de l’accélération. Pour un débutant, la probabilité de tomber durant un démarrage est élevée.

Un échappement bruyant sauve des vies

Il y a un mythe qui dit que les échappements bruyants sauveraient des vies parce que le niveau sonore élevé attirerait l’attention des automobilistes et des piétons à proximité. Ainsi, ils auraient plus conscience de la présence du motard.

Même si la physique ne démontre pas le contraire, il faut savoir que la plus grande partie du son généré par l’échappement libre d’une moto est dirigée vers l’arrière. Si vous circulez sur une autoroute, il est peu probable qu’un conducteur devant vous vous entende venir. Même si votre moto est dotée d’une grosse cylindrée, vous aurez du mal à attirer l’attention des autres usagers de l’autoroute. Il faut savoir que les automobilistes sur les voies rapides ont souvent les fenêtres fermées et la radio allumée.

Les petites routes et les ruelles sont plus sûres que l’autoroute

La conviction que les petites routes, rues et ruelles sont plus sûres que les autoroutes découle de la perception selon laquelle il vaut mieux rouler à basse vitesse pour être en sécurité. Cependant, de nombreuses études confirment que la majorité des accidents à moto se sont produits à proximité des maisons des motards, c’est-à-dire, dans les petites rues et ruelles des quartiers.

Bien qu’il soit vrai que vous roulez beaucoup plus vite sur les autoroutes que sur les rues et les routes, il existe de nombreux facteurs qui limitent les accidents. On peut citer la fluidité de la circulation, les voies plus larges et le manque de circulation opposée. Ils suppriment bon nombre des dangers courants que rencontrent les motards.

Laisser la moto durant une chute ou avant une collision

Il existe un dernier mythe qui conseille les motards de laisser leur monture en prévision d’une collision. Si c’est le cas dans la plupart des films d’action, la réalité est différente. En effet, il est presque quasi impossible d’avoir le temps pour prendre une autre décision que de freiner et d’essayer de tourner le guidon. Pour éviter tout accident, il n’y a rien de plus efficace que de rouler de manière responsable.