4 choses que vous devez savoir sur la récupération des eaux pluviales

D’après les statistiques, l’eau douce ne représente que 3 % des ressources en eau de la Terre. L’eau douce est ainsi considérée comme une denrée rare qui doit être économisée. Pour ce faire pourquoi ne pas récupérer les eaux de pluie pour s’en servir ? Pour info, 40 % de l’eau potable utilisée dans une maison peut être remplacée par d’autres sources.

Récupérer les eaux pluviales peut être donc utile à l’extérieur comme à l’intérieur, que ce soit pour le nettoyage des véhicules, le lavage des sols, ou encore l’arrosage des plantes du jardin. Cette pratique contribue à la réduction du gaspillage d’eau buvable, d’autant que le coût lié à la distribution de cette dernière ne cesse de croître. Envie d’en savoir plus sur cette technique tendance ? Vous êtes à la bonne adresse.

Quels sont les avantages de la récupération des eaux pluviales ?

Collecter les eaux de pluie est intéressant sur deux points principaux. Découvrons-les ensemble.

Récupérer les eaux pluviales, un excellent moyen de faire de substantielles économies

L’eau potable est en hausse de prix et l’on prédit au minimum une augmentation de 10 % de son prix dans les 10 années à venir. Cependant, par jour, une personne utilise 150 l d’eau par jour soit 55 m³ d’eau par an. Une famille de 4 personnes aura une facture annuelle en eau de 450 € en moyenne dont environ un tiers est dû au fonctionnement des toilettes.

Au vu de tous ces éléments, la récupération des eaux pluviales s’impose comme une excellente alternative. Selon les experts, cette méthode permet d’économiser jusqu’à 50 % de votre facture d’eau annuelle. Une famille qui fait attention à sa consommation en utilisant l’eau pluviale pour arroser ses plantes aura des écarts de consommation d’eau importants.

L’eau de pluie n’étant pas calcaire, plus besoin d’utiliser les produits anticalcaires, d’anti-détartrant et d’entretien des canalisations, sous réserve de dispositif et de traitement adaptés. De plus, des aides sont mises en place sous la forme de crédit d’impôt ou d’aides régionales pour supporter ces installations écologiques.

Mais ce crédit d’impôt s’obtient par l’installation d’un récupérateur d’eau obligatoire en 2023 par un professionnel. Vous pourrez ainsi obtenir un abattement à hauteur de 25 % de l’investissement.

Récupérer les eaux pluviales, un geste éco-citoyen

Outre les avantages économiques, la récupération des eaux pluviales permet aussi de mieux préserver l’environnement. Cette solution permet en effet de ménager les nappes phréatiques qui sont la source d’alimentation du réseau en eau. Sur le long terme, elle favorise la réduction considérable du volume des eaux sales à traiter pour une commune.

Vous contribuez ainsi à la réduction des frais des collectivités et le volume de déchets qui sont parfois difficiles à éliminer dans les stations d’épuration.

Quels usages pour l’eau de pluie ?

L’eau de pluie récupérée peut vous servir pour différentes tâches, que ce soit à la maison ou au jardin. À cet effet, vous pouvez recourir à l’eau de pluie pour l’arrosage de votre jardin, pour laver la voiture, remplir une piscine ou nettoyer votre vélo ou les équipements de jardin. Mais l’utilité de cette eau de pluie ne se limite pas à l’extérieur, car vous pouvez aussi l’utiliser pour des usages domestiques tels que la chasse d’eau de vos w.c. à condition d’utiliser un récupérateur d’eau pour les w.c. ou pour laver le linge.

L’eau de pluie peut également être utilisée pour :

  • brosser les dents ;
  • vous raser ou faire votre toilette ;
  • faire la vaisselle ;
  • prendre votre douche notamment pendant le savonnage ou le shampouinage des cheveux.

Toutefois, c’est en fonction de votre utilisation que dépendent vos besoins en eau. À titre d’exemple, vous aurez besoin à chaque fois de :

  • 190 litres d’eau pour laver votre voiture ;
  • 17 litres/m² pour arroser votre jardin ;
  • 120 litres d’eau pour faire fonctionner votre machine à laver ;
  • 11 litres d’eau pour vos w.c.

Il existe plusieurs types de récupérateurs d’eau qui possèdent des litrages qui diffèrent en fonction de vos besoins. Ainsi, une cuve extérieure sera parfaite pour votre jardin. Les contenances de cette cuve peuvent varier de 200 à 2000 litres selon le modèle. En ce qui concerne les usages domestiques, une cuve enterrée ayant un très gros litrage est recommandée. Ce sont des cuves qui peuvent contenir jusqu’à 10 000 litres, et possèdent une pompe qui permet d’amener l’eau jusque dans votre maison.

Comment récupérer l’eau de pluie ?

Pour récupérer l’eau de pluie, vous devez installer un système de récupération d’eaux pluviales. Le principe consiste à récupérer l’eau de pluie à l’aide de votre gouttière. L’eau sera ensuite pompée électriquement et acheminée vers la maison pour alimenter l’électroménager. À cet effet, deux méthodes s’offrent à vous si vous avez une maison individuelle.

Installer un récupérateur d’eau de pluie extérieur

Lors d’une averse, un récupérateur d’eau de pluie extérieur peut récupérer entre 80 % et 90 % de l’eau qui tombe sur le toit. La mise en place d’un tel dispositif est facile, d’autant qu’il est aussi simple et rapide à nettoyer ou à enlever. Le mode de fonctionnement est que l’eau ruisselle sur le toit, glisse dans la gouttière puis tombe dans le récupérateur. Afin de laisser les déchets ou les salissures de côté (feuilles mortes, insectes, etc.), l’eau récupérée sera ensuite filtrée.

Filtrer l’eau est aussi le moyen idéal pour éviter la formation de vase ou l’altération de la qualité de l’eau tant qu’elle reste dans la cuve. Il est recommandé de mettre votre cuve de récupération d’eaux pluviales à l’ombre ou de la protéger. Dans le cas contraire, le soleil risque de dégrader votre cuve au fil du temps ainsi que la qualité de l’eau.

Utiliser un récupérateur d’eau de pluie enterré

Il s’agit d’une bonne solution pour un usage intérieur et extérieur de l’eau collectée. Un tel stockage d’eau permet à l’eau d’être à l’abri de la chaleur et des bactéries, ce qui garantit une meilleure préservation de sa qualité. La mise en place d’un réservoir d’eau enterré nécessite un espace suffisamment grand.

Cet espace servira pour les raccordements et aussi pour positionner les différents coudes, de la cuve aux pièces concernées (salle de bain, garage, etc.).
Toutefois, avant de penser à l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie il faut se poser certaines questions.

Quelles démarches avant d’installer un système de récupération d’eau de pluie ?

Certaines conditions sont prévues par la loi pour recueillir l’eau de pluie et l’utiliser. Pour commencer, votre toit ne doit pas être en amiante-ciment ou plomb. Il faut aussi que le système de récupération d’eau de pluie inclue un processus de filtration des polluants véhiculés sur la toiture et dans l’air. L’eau captée doit être en mesure de circuler dans un circuit isolé du circuit d’eau potable.

Par ailleurs, vous devez veiller à ce que les points de consommation d’eau de pluie puissent être identifiés avec un pictogramme explicite et la mention « eau non potable ». En outre, dans le cas où les eaux de pluie utilisées devraient être envoyées vers les égouts, vous devez déposer à la mairie auprès du service en charge de l’assainissement, une déclaration sur papier indiquant votre adresse et la quantité d’eau utilisée pour votre logement.

Ensuite, vous serez soumis à une taxe d’assainissement. Pour finir, il faut s’assurer de l’entretien de votre équipement de récupération des eaux de pluie et tenir à jour un carnet de suivi sanitaire.

Rédigé par
Plus d'articles de
10 conseils pour obtenir vos 10 000 premiers abonnés sur YouTube
Chaque jour, de nombreuses chaînes YouTube voient le jour. Étant fondée en...
Lire la suite