オートバイのヘルメットを管理する基準

Les Français se plaignent des nombreuses réglementations qui leur incombent dès lors qu’ils veulent se mouvoir en guidon. Et pourtant, et à l’inverse de ce que l’on pourrait penser, les normes dédiées à la sécurité routière ne sont pas si pléthoriques, surtout concernant le principal dispositif de protection du motard : le casque moto !

La norme ECE 22-04 et 22-05

Le casque d’un rider français doit répondre à la norme européenne (même pour un casque moto bluetooth), qu’il soit propriétaire d’un Harley Davidson, d’une Moto gp, d’un Roadster ou d’un Touring. Les principaux sont notamment la norme ECE 22-04 et ECE 22-05. Par conséquent, tout casque de moto utilisé à l’intérieur de l’UE (Union Européenne), l’Hexagone y compris, doit être homologué et porter ces attestations.

Afin de pouvoir bénéficier de ces normes, le casque de moto a subi de nombreux contrôles et tests en fonction d’une multitude de critères pour ne citer que l’angle de vision, le système de ventilation, l’amortissement des chocs, champ de vision, la déformation à l’impact, l’aérodynamique, la qualité de la visière ou la résistance à l’abrasion.

En ce qui concerne la NF S 72.305 en matière d’équipement moto, elle n’est plus utilisée depuis 2002 bien qu’elle soit toujours valable.

Comment reconnaitre un casque homologué ?

L’identification d’un casque de moto répondant aux normes européennes et françaises est relativement simple. Il vous suffit de vérifier si la jugulaire est cousue d’une étiquette blanche ou verte indiquant l’homologation ECE.

D’une façon générale, les numéros 22-04 et 22-05 sont suivis d’une lettre qui indique le niveau de certification du casque. Il en existe notamment plusieurs :

La mention P : s’appliquant au casque intégral, cette norme permet de savoir que la mentonnière a réussi les tests de résistance. Dans le cas contraire, le casque est pourvu d’une mention NP qui signifie « non protective ».

La mention J : cette norme se rapporte, quant à elle, au casque jet.

Les normes spécifiques à la France

Outre ces normes citées ci-dessus, l’Hexagone a également instauré une contrainte supplémentaire. En effet, en France, 4 autocollants rétro réfléchissants doivent être apposés sur les casques de riders, qu’il s’agisse de casque intégral, de casque cross design ou de casques jets. Selon la loi française,  les vendeurs spécialisés sont tenus de les fournir  et de les appliquer.

Nota bene :

Le motard peut risquer une amende de 135€ et perdre 3 points sur son permis moto si son casque moto n’est pas doté de ces bandes réfléchissantes.

  • Le non-port de casque ou son port sans attache peuvent, quant à eux, entrainer des amendes plus sévères allant de 100€ à 375€, ainsi que le retrait de 3 points sur son permis moto.

Vous l’aurez compris, les obligations qui régissent les casques de moto ne sont pas si multiples que l’on pense. Avec ces indications, nul doute que chacun pourra choisir son casque moto avec expertise. Il ne vous reste plus qu’à choisir le modèle qui répondra le plus à vos besoins tout en considérant les normes de sécurité !